[ in] VISIBLES     ::   lire entre les visages

 Accueil  Home      Panorama  Art / Culture   Focus  Portraits   Séquences  Chroniques   Angles  Opinions    Contact  |  No[us]  |  Support
        social :  fb |  tw  |  fr 

Photo: ANIKAI Dance Theatre – The Knocking Within | Source: info-culture.boz

Pour célébrer la fin une autre année bien inVISIBLE, on continue de vous présenter, jusqu’au 31 décembre, nos découvertes et événements inVISIBLES les plus marquants de 2013! Certains membres de l’équipe vous font part tour à tour de leurs TOP de l’année.

En cette journée post-Noël, c’est notre rédactrice Karla qui vous dévoile les découvertes et nouvelles qui ont marqué ses douze derniers mois, avec l’espoir qu’elles influencent vos douze prochains!


→   continue [ la lecture // reading ]

971284_10151569258993244_1755973645_n

Il y a quelques semaines, j’ai rendu visite à une ancienne coloc’, avec mes parents. Ma mère l’adore; les deux peuvent jacasser et rigoler pendant des heures sans s’arrêter. C’est le genre de personne qui dégage une énergie si chaleureuse, si vibrante, qu’on veut être son ami dès le premier éclat de rire.

Pourtant, pendant cette dernière soirée tranquille chez elle, entre une pointe de pizza et une remarque sur nos anciens voisins, ça m’est tombé dessus. Mon amie, avec qui j’ai vécu pendant près de 9 mois, est une gentille homophobe.


→   continue [ la lecture // reading ]

The-Phaedra-Project_Affiche

Le 14 décembre dernier, je me suis abritée du froid et de la neige au MAI (Montréal, arts interculturels) pour revivre, en l’espace de cinquante minutes, tous mes amours passés à travers les souvenirs d’une femme à la fois vieillissante et éternelle, d’une femme universelle. Pas tout à fait une activité typique pour un samedi soir d’hiver. Ni pour un samedi soir tout court. The Phaedra Project, de la directrice et metteure en scène Sophie Gee, était responsable pour ce tourbillon d’émotions et de réflexions que je ne m’attendais pas à vivre un samedi de décembre comme tous les autres.


→   continue [ la lecture // reading ]

 

Photo: Théâtre Prospero

Photo: Théâtre Prospero

Dans la pièce Oxygène, présentée au théâtre Prospero du 19 novembre au 14 décembre, un gars et une fille nous récitent, avec un fond de musique électronique, les dix commandements en les confrontant à la réalité de l’imperfection humaine. Dix compositions sur la base des dix préceptes bibliques sous lesquels découlent les angoisses, les questions, les vérités et les réalités des gens communs. En quoi un homme diffère-t-il d’une femme? Faire l’amour ou juste du sexe sans attachement? Tuer par amour ou par pur désir charnel? Si l’on nous dit «Ne regarde pas avec convoitise», pourquoi donc commet-on l’adultère? Ou pourquoi veut-on posséder la femme ou l’homme d’autrui?


→   continue [ la lecture // reading ]

Source: https://www.facebook.com/quebekoisie

Source: https://www.facebook.com/quebekoisie

Ce sont les Premières nations, les Amérindiens, les Autochtones et de manière plus péjorative les «Indiens»… À dire vrai, depuis que j’aie assisté à la représentation de Québékoisie au cinéma du Parc dans le cadre des RIDM (Rencontres internationales du documentaire de Montréal) la semaine dernière, je ne sais plus vraiment comment prénommer les peuples oubliés du Québec.


→   continue [ la lecture // reading ]

Crédit : pays barbare par Yervant Gianikian et Angela Ricci Lucchi

Cette année, mon voyage aux RIDM a été marquant, une expérience qui se rapproche plus d’un périple initiatique que d’un passage passif dans un tout inclus. J’ai mis les pieds en terre inconnue avec Pays barbare de Yervant Gianikian et Angela Ricci Lucchi qui approfondissait, par des images d’archive, la conquête de l’Éthiopie par l’Italie fasciste de Mussolini. Le lendemain, Hoax canular, réalisé par Dominic Gagnon, m’exposait une panoplie de commentaires d’adolescents sur la grande supercherie consistant en l’annonce d’une date butoir pour le monde. Entre images d’archives et vidéos YouTube, je me suis laissée porter par ces images crues comme si un fil les retenait ensemble, malgré la distance temporelle.


→   continue [ la lecture // reading ]

Shekinah : la vie intime des femmes hassidiqu, d'Abbey Jack Neidik. - Photo : Productions DLI Inc.

Shekinah : la vie intime des femmes hassidiques, d’Abbey Jack Neidik. – Photo : Productions DLI Inc.

Mardi dernier je suis allée voir le documentaire Shekinah : La vie intime des femmes hassidiques, du réalisateur montréalais Abbey Jack Neidik, au Cinéma du Parc. Je voulais voir ce film pour deux raisons. D’abord et avant tout, par curiosité. Qui n’est pas un peu curieux de la vie intime de ces hommes, femmes et enfants que l’on voit marcher sur Hutchison ou sur Saint-Viateur, habillés de longs vêtements noirs et portant une boucle de chaque côté du visage. Ces personnes qui parfois ne semblent pas constater notre présence lorsqu’on se croise dans la rue et qui restent presque uniquement parmi leurs semblables au point tel qu’on demeure complètement ignorants face à leur mode de vie et à leurs coutumes.


→   continue [ la lecture // reading ]

1 2 3 4 5 22