[ in] VISIBLES     ::   lire entre les visages

 Accueil  Home      Panorama  Art / Culture   Focus  Portraits   Séquences  Chroniques   Angles  Opinions    Contact  |  No[us]  |  Support
        social :  fb |  tw  |  fr 

Frida Kahlo, Sans espoir http://www.parisbouge.com/

Frida Kahlo, Sans espoir
Source: parisbouge.com

La première partie de ce texte est ICI 

Maman, je ne te comprends pas. Tu as souffert. Ça, oui, je l’ai saisi. Tu ne m’as pas donné le choix. Avec les choix que tu as faits… M’avoir exposé ainsi ta douleur au visage… Onde de choc. Je constate les dégâts, l’après destruction, mais il manque la cause. À quoi t’attendais-tu avant de venir ici ? As-tu, ne serait-ce qu’une fois, songé à la parole que tu voulais me transmettre?


→   continue [ la lecture // reading ]

Frida Kahlo, Mes grands-parents, mes parents et moi, Arbre généalogique Source : fayardhistoiredesarts.wordpress.com

Frida Kahlo, Mes grands-parents, mes parents et moi, Arbre généalogique
Source : fayardhistoiredesarts.wordpress.com

La langue de mes parents, je ne sais plus comment la parler. L’ai-je déjà su? Pour me déculpabiliser, j’affirme aux autres qu’au moins je la comprends assez bien, que je n’ai pas tout perdu. Mais, avec le temps, je sens que cette langue m’échappe de plus en plus, qu’elle se détache de moi, emportant avec elle tout un pan d’histoire, dans laquelle je n’ai pas su inscrire ma parole. Cette histoire s’efface. Des tableaux familiaux qui remontent à plusieurs siècles, jusqu’en Chine, s’éloignent de moi, parce que j’ai oublié ma langue maternelle, comme on oublie un livre qu’on ajoute à sa bibliothèque en se promettant de le lire un jour, sans jamais le faire.


→   continue [ la lecture // reading ]

Source: http://www.paperblog.fr/6327706/nouvelle-zelande-ou-acheter-de-la-nourriture-francaise-a-auckland/

Source: http://www.paperblog.fr/6327706/nouvelle-zelande-ou-acheter-de-la-nourriture-francaise-a-auckland/

Si vous m’avez côtoyé vous savez sans doute que je n’aimais pas faire l’épicerie en France. Je vous vois déjà me regarder de haut, vous disant que la France est l’un des endroits où l’on mange le mieux. Détrompez-vous. Que ce soit au Québec ou en France, je n’étais qu’une étudiante. Je ne mangeais donc pas de la haute gastronomie mais au moins j’avais toujours du bon vin pour peu cher.


→   continue [ la lecture // reading ]

alamemeetoile.net

alamemeetoile.net

Pour lire la première partie de cet article, c’est ICI

Au Cambodge, j’ai mangé le meilleur durian de ma vie en compagnie de mon amie Marie-Pierre.  Avant notre arrivée en Asie, Marie-Pierre, n’ayant jamais goûté à ce fruit, s’était préparée pour cette expérience unique qui s’est concrétisée en trois étapes.

Étape 1 : Se montrer ouvert à goûter à de nouvelles saveurs. 

Étape franchie avec brio : Marie-Pierre aimait tellement découvrir de nouveaux aliments qu’elle s’efforçait d’apprendre leurs noms dans la langue du pays pour avoir plus de plaisir à les commander.


→   continue [ la lecture // reading ]

Thomas Fuller/The International Herald Tribune

Crédit photo: Thomas Fuller – The International Herald Tribune

Lors d’une journée d’été ensoleillée de mon enfance, j’attendais que ma mère revienne du Kim Phat, un supermarché asiatique où elle faisait ses courses au moins une fois par mois. J’avais hâte de manger mon banh mi au porc, sandwich vietnamien, et de boire mon jus à la noix de coco avec pulpe, qu’elle m’achetait toujours. Cette fois-là, ma mère rentra aussi avec un fruit tropical, enveloppé dans du papier journal, qui sortait vraiment de l’ordinaire. C’était un durian. De tous les fruits, le durian est celui qui a l’aspect le plus repoussant. Il s’agit d’une énorme masse ovoïde jaune verdâtre qui comporte quelques rainures et des piquants sur toute sa surface. Il mesure environ 30 centimètres de longueur et 15 centimètres de diamètre.


→   continue [ la lecture // reading ]

Crédit photo: Diana Srougi

Crédit photo: Diana Srougi

On l’a bien compris, Montréal est choyée en ce qui concerne les événements et activités qui nous permettent de découvrir plus en profondeur toutes les cultures qui nous entourent (si on est assez curieux). On a même un festival qui offre une fenêtre sur les traditions, les arts et la gastronomie de plusieurs pays et peuples à la fois; c’est ce qu’on appelle les Week-ends du monde.


→   continue [ la lecture // reading ]

Piments rouges

Source : pixabay.com

En 1979, mes parents sont partis du Laos et ont immigré au Québec avec tout plein de rêves en tête. Mon père, qui avait 25 ans à l’époque, s’exprimait en français avec un accent aussi fort que les piments qu’il mettait dans sa salade de papaye.


→   continue [ la lecture // reading ]

photo-eclectik-2013-hi-res-credit-emily-gan

 

Il semblerait que les soirées multidisciplinaires sont à la mode ces temps-ci. Après le Fourre-tout chaotique à-la-inVISIBLES le 23 mai dernier, c’était la 6ième édition de l’événement Eclectik au MAI (Montréal, arts interculturels) les 31 mai et 1er juin, qui avait comme but de donner un espace aux artistes pour exprimer leur engagement envers une cause qui leur est chère. Et il n’existe probablement pas de meilleur titre qu’«Eclectik» pour une soirée qui affichait non seulement des performances et projections dans toutes les disciplines artistiques, mais aussi des performances fusionnant une multitude de disciplines.


→   continue [ la lecture // reading ]

Depuis le 14 janvier, j’habite sur le bord de la Méditerranée, à Nice, dans le sud de la France. Un échange étudiant comme plusieurs autres en font. Il s’agissait pour moi de ma première expérience française si par expérience on ne considère pas « sortir avec un Français » ou encore « six heures d’escale à l’aéroport Charles de Gaulle ».


→   continue [ la lecture // reading ]

 

La khaïma, mot dont la première syllabe, comme la pierre mal polie, embusquée sous le sable, fait trébucher le marcheur étourdi. Ce n’est pas la kaïma ni la ka ha ïma. Le «kh» c’est la «jota» espagnole.


→   continue [ la lecture // reading ]

12
1 2