[ in] VISIBLES     ::   lire entre les visages

 Accueil  Home      Panorama  Art / Culture   Focus  Portraits   Séquences  Chroniques   Angles  Opinions    Contact  |  No[us]  |  Support
        social :  fb |  tw  |  fr 

© Les toutounes atomiques

Fait : on vit dans une société qui impose un idéal de beauté difficile à atteindre pour plusieurs gens, spécialement pour les femmes. À la télé, dans les magazines, partout où l’on regarde, les images montrent des filles minces aux corps parfaits. Et bien qu’on réalise à quel point certains médias et industries manipulent les contenus montrés, on tombe souvent dans le piège en jugeant les autres selon les règles d’une réalité préfabriquée. Un exemple clair? Les nombreux préjugés à l’endroit des personnes dites rondes.


→   continue [ la lecture // reading ]

Illustration par Nania Sergi naniasergi.com

Pour lire la partie I, II et III de cette séquence, c’est ICIICI et enfin ICI

Je t’ai pas raconté ma belle histoire. Je me suis contentée de serrer mon sac avec mes souliers à paillettes rouges écarlates de marque There’s no place like home. À la place, tu me racontes de tes cochonneries. Tu sens un de tes chandails sales pis tu me le lances au visage. En l’enlevant de devant mes yeux, ta face est déjà rendue là devant la mienne. Tu retiens le chandail sale pis oui il pue ton chandail que tu checkais l’odeur. Tu le serres autour de mon cou faque j’essaie tout de suite de penser à l’Autre que toi pour m’enfuir. Mais c’est trop tard.


→   continue [ la lecture // reading ]

Collage par Nania Sergi naniasergi.com

Pour lire la partie I et II de cette séquence, c’est ICI et  ICI

J’ai le goût de te raconter. C’est moi aujourd’hui qui vais te jaser. J’ai pas envie de t’écouter te crisser de comment que je feel moi.

Je veux te dire comment c’était la semaine dernière en camping, qu’à un moment donné je trouvais pu personne de mes potes ou des chums de mes potes. Je trouvais tellement pu personne que c’est comme s’ils avaient jamais existé. J’ai fini par me fumer le joint roulé pour la soirée tu seule. Pour une soirée je m’assumais, je faisais comme une grande, je partais tu seule en camping me fumer des splifs.


→   continue [ la lecture // reading ]

Les parties 1 et 2 de cette séquence sont disponibles ici et ici.

Le vendredi 2 novembre dernier, je me suis souvenu que l’être humain était la seule créature à vouer un culte à ses morts. S’il existe des milliers de traditions différentes sur terre, celle-ci me paraît particulièrement belle, notamment à cause du rapport indescriptible que le peuple mexicain cultive avec la mort. Ce rapport, fruit des multiples ethnies qui ont peuplé et continuent de peupler le Mexique, propose un caractère d’une richesse inusitée.


→   continue [ la lecture // reading ]

L’individu versus la personne

Hier, je vous définissais une citoyenneté québécoise abstraite, aujourd’hui j’atterris pour opposer deux termes qui doivent être éclairés pour que vous compreniez tous le fil de ma pensée : l’individu – ce citoyen que l’on place au fondement de notre société individualiste.  La personne – historique, unique, créatrice.


→   continue [ la lecture // reading ]