[ in] VISIBLES     ::   lire entre les visages

 Accueil  Home      Panorama  Art / Culture   Focus  Portraits   Séquences  Chroniques   Angles  Opinions    Contact  |  No[us]  |  Support
        social :  fb |  tw  |  fr 

Crédit photo: Bernard Brault, La Presse

Crédit photo: Bernard Brault, La Presse

Une nouvelle trilogie, une nouvelle quête identitaire signée Mani Soleymanlou. La recherche de soi est sans fin, et ne s’arrête surtout pas dans les trentaines. Au théâtre La Licorne, quatre grands amis se retrouvent dans une fête et passent une soirée tout à fait… oubliable.


→   continue [ la lecture // reading ]

Le projet qui tourne | Source: www.tangente.qc.ca | Crédit: Alanna Kraaijeveld

Pour ceux qui hibernent pour la simple raison qu’aucune activité ne vaut la peine d’affronter le froid, nous avons des solutions pour vous ! Voici nos choix d’événements et de spectacles interculturels qui vous occuperont durant les deux prochaines semaines.


→   continue [ la lecture // reading ]

Moi et L'autre

Moi et l’autre: Talia Halmona et Marie-Ève Trudel | Crédit: Louis-Paul Legault

Le 11 septembre 2001, sa mère lui demande de mentir sur ses origines.  

Ce fut le point de départ d’un questionnement sur l’identité immigrante, dont le spectacle Moi et l’autre est le résultat. 

Une dualité propre à la race humaine, des questions identitaires étouffantes, oppressantes, des réponses pas toujours convaincantes, auxquelles on s’accroche, parce que notre désir de survie est plus grand, plus fort, plus beau que tout. Notre désir de comprendre aussi et d’apprendre. Combinés à un mariage de cultures – arabe, français, Égypte, Italie, Grèce, Québec – on obtient Moi et  l’autre, une pièce co-écrite par Thalia Hallmona et Pascal Brullemans. Un labyrinthe identitaire qui meurt et renaît dans l’autre, dans le reflet de soi, dans le désir d’être autrui.


→   continue [ la lecture // reading ]

 

Crédit: Valérie Remise | Source: ici.radio-canada.ca

Crédit: Valérie Remise | Source: ici.radio-canada.ca

Le Théâtre d’Aujourd’hui a ouvert sa saison 2014 le 30 septembre dernier avec la trilogie complète Un, Deux et Trois de Mani Soleymanlou. La première, jeudi dernier, a attiré une salle pleine de spectateurs s’apprêtant à passer les quatre prochaines heures à parler de ce questionnement universel qu’est l’Identité. L’identité de ceux qui se trouvent coincés entre plusieurs cultures auxquelles ils appartiennent plus ou moins. L’identité de ceux qui n’ont jamais vraiment appris à se questionner. L’identité d’un déraciné, dont la vie peut être racontée en métaphores botaniques.


→   continue [ la lecture // reading ]

La Ville - Crédit photo: Espace Go et Caroline Laberge

La Ville – Crédit photo: Espace Go et Caroline Laberge

La pièce que je suis allée voir vendredi dernier a fait défiler sur scène un trio d’acteurs chargés de la lourde tâche d’interpréter les personnages ambigus, torturés et néanmoins vides de la pièce La Ville du dramaturge britannique Martin Crimp.


→   continue [ la lecture // reading ]

The-Phaedra-Project_Affiche

Le 14 décembre dernier, je me suis abritée du froid et de la neige au MAI (Montréal, arts interculturels) pour revivre, en l’espace de cinquante minutes, tous mes amours passés à travers les souvenirs d’une femme à la fois vieillissante et éternelle, d’une femme universelle. Pas tout à fait une activité typique pour un samedi soir d’hiver. Ni pour un samedi soir tout court. The Phaedra Project, de la directrice et metteure en scène Sophie Gee, était responsable pour ce tourbillon d’émotions et de réflexions que je ne m’attendais pas à vivre un samedi de décembre comme tous les autres.


→   continue [ la lecture // reading ]

 

Photo: Théâtre Prospero

Photo: Théâtre Prospero

Dans la pièce Oxygène, présentée au théâtre Prospero du 19 novembre au 14 décembre, un gars et une fille nous récitent, avec un fond de musique électronique, les dix commandements en les confrontant à la réalité de l’imperfection humaine. Dix compositions sur la base des dix préceptes bibliques sous lesquels découlent les angoisses, les questions, les vérités et les réalités des gens communs. En quoi un homme diffère-t-il d’une femme? Faire l’amour ou juste du sexe sans attachement? Tuer par amour ou par pur désir charnel? Si l’on nous dit «Ne regarde pas avec convoitise», pourquoi donc commet-on l’adultère? Ou pourquoi veut-on posséder la femme ou l’homme d’autrui?


→   continue [ la lecture // reading ]

photo-eclectik-2013-hi-res-credit-emily-gan

 

Il semblerait que les soirées multidisciplinaires sont à la mode ces temps-ci. Après le Fourre-tout chaotique à-la-inVISIBLES le 23 mai dernier, c’était la 6ième édition de l’événement Eclectik au MAI (Montréal, arts interculturels) les 31 mai et 1er juin, qui avait comme but de donner un espace aux artistes pour exprimer leur engagement envers une cause qui leur est chère. Et il n’existe probablement pas de meilleur titre qu’«Eclectik» pour une soirée qui affichait non seulement des performances et projections dans toutes les disciplines artistiques, mais aussi des performances fusionnant une multitude de disciplines.


→   continue [ la lecture // reading ]

Les racines du temps. Source: ondinnok.org

Le son du tambour résonne parfaitement dans la salle comble. Tum, tum, tum. Pas de toussotement, pas de cellulaire qui sonne, pas même un qui remue de sa chaise, pas un bruit. Pour sa première, L’écorce des silences a eu droit à un public aussi attentif qu’un pape à la messe.


→   continue [ la lecture // reading ]

 

Et si l’époque contemporaine faisait de nous des êtres scalpés? Scalpés de nos repères, de notre identité, de ce sens trop intangible et changeant auquel on n’arrive plus à s’accrocher? Ce sont quelques questions, que la pièce Scalpée, à l‘Espace libre jusqu’au 9 février, fait apparaître avec usage avoué des effets du pathos. Anne-Marie Olivier, l’auteure de la pièce, interprète la mère de Charles (Steve Gagnon), qui la quitte rapidement pour aller à la recherche de lui-même. Son chemin croise alors celui de Dorothée (Édith Patenaude) qui devient son amante, son cœur, son noyau, ses tripes. Mais tout va vite, rien ne dure et ça fait mal, comme ces coups de feu qui donnent le ton de la pièce en guise d’introduction.


→   continue [ la lecture // reading ]

12
1 2